Depuis quelques années, quand une start-up rencontre une forte croissance, elle va chercher rapidement à se développer à l’international. Il n’est pas toujours facile dans ce contexte d’hyper croissance de pouvoir tout gérer. Recrutements et intégrations de nouveaux collaborateurs, recherches de nouveaux clients, onboarding utilisateurs recherches de partenaires, etc. Les déplacements à l’étranger s’intensifient et sont un axe de développement stratégique. Comment s’organiser pour passer du local au global ?

1. Se développer à l’international : y penser très tôt

développer sa startup à l'internationalCréer une start-up, c’est proposer une solution à un problème identifié. Si votre proposition de valeur commence à générer des leads et des clients, il faut vous insérer dans l’écosystème international rapidement. D’où la nécessité de se confronter le plus tôt possible avec un milieu international, multiculturel.

2. Choisir ses marchés cibles

Dans quels pays, dans quels continents se trouvent vos futurs clients. Il faut prendre en compte l’attractivité du marché, la concurrence locale mais aussi les opportunités et les enjeux d’accès à ce marché. Une fois une première analyse effectuée, il s’agira ensuite de connaître les enjeux et opportunités d’accès à ces marchés.

3. S’adapter aux marchés internationaux et aux spécificités culturelles

C’est un des points importants et qui semble évident, mais qui est souvent sous estimé. Il peut être la raison d’un échec à l’international ou, si il est bien pensé, du succès que votre start-up va rencontrer. Chaque marché comporte des spécificités culturelles, qui, si vous n’en tenez pas compte, peuvent vous faire faire des impairs, et/ou créer une incompréhension vis à vis de vos cibles. De votre nom de marque, à vos contenus, en passant par l’onboarding utilisateurs, rien ne doit être laissé au hasard pour ces nouveaux marchés que vous souhaitez conquérir. Pensez à faire appelle à une société spécialisé dans la traduction. Parfois un freelance ne suffit pas. L’avantage des entreprises versus un freelance, est qu’elles sont dotées d’outils qui vont vous faire gagner du temps et de l’argent. Notamment avec des outils tels que les mémoires de traduction, etc. Elles ont également de l’expérience dans plusieurs secteurs, et pays, et sauront la mettre à contribution pour avancer plus rapidement.

4. Avoir une présence forte sur le marché convoité

s'implanter localement ou se déplacer

S’implanter sur chaque marché cible ou faire appel à des partenaires locaux ? Tout dépend de votre stratégie et de ce que vous vendez. Pour certains secteurs, vous appuyer sur des partenaires locaux sera plus facile pour démarrer. Il faut que votre entreprise véhicule une image de crédibilité localement. S’appuyer à la fois sur des clients et des fournisseurs de renom est une stratégie à garder en tête.

5. Bien maîtriser ses dépenses

Pour se développer à l’international, l’argent est le nerf de la guerre. Il faut savoir gérer le cash en anticipant ses besoins de financement.

Définir en amont ses besoins humains, structurels, etc est un indispensable à faire également très tôt. Avez-vos besoin de personnes localement, ou souhaitez-vous faire déplacer des personnes de votre équipe ? Quoi que vous choisissiez, tout cela a un coût. Votre business plan doit impérativement être mis à jour pour vous donner une vision claire et précise de vos besoins et objectifs.

L’implantation d’une start-up à l’internationale représente un investissement financier important. Il faut bien maîtriser ses dépenses car on peut très vite déraper

6. Gérer ses déplacements

gérer ses déplacements pro

Quand vous vous développez à l’international vous ne comptez pas vos déplacements ni ceux de vos collaborateurs clés pour mettre en place la globalisation de votre startup. Si vous vous déplacez dans plusieurs zones, avec des besoins tels que billets d’avions, hôtels, salles de réunion ou espace de coworking, etc. Organiser soi-même un déplacement professionnel nécessite du temps, à prendre soit sur le temps de travail, soit sur le temps personnel. Vous pouvez confier cette tâche à un office manager ou une assistante. En passant par un assistant intelligent, vous gagner en temps et en souplesse. Contrairement à l’agence de voyage qui est perçue souvent comme rigide, l’assistant virtuel s’adapte à vous et vos besoins. Conçu sur une base d’intelligence artificielle, le robot Zoé® est capable de vous trouver les billets selon vos conditions et préférences sans que vous ayez besoin de le lui rappeler. Elle organise votre voyage afin que vous n’ayez rien à faire ou à penser. Elle vous envoie des notifications sur des éléments clés tout au long de votre déplacement. Par exemple, notification 48h avant votre départ sur la météo à destination pour vous aider à préparer vos bagages en fonction, et si vous voulez l’info en avance, il suffit de le lui demander et elle vous répondra instantanément. Information concernant la porte d’embarquement, ou le lounge le plus proche, etc.

Partager cet article